Nouvelle grippe A/H1N1 : que faire en cas de symptômes évocateurs ?

Informations actualisées (3/11/2009) sur la conduite à tenir en cas de symptômes évoquant la nouvelle grippe d'origine mexicaine

Citation
, XML
Auteurs

Abstract

Cet article n’aborde qu’un point précis concernant la nouvelle grippe A/H1N1 (California, ex porcine) : le stade initial des premiers symptômes et la conduite à tenir.
Le but est de répondre aux inquiétudes du public qui ne sait que faire face à des symptômes évocateurs de grippe, alors que les médecins risquent d’être débordés en cas de reprise de l’épidémie. Cette grippe n’est pas particulièrement grave, mais elle pourrait désorganiser le système de santé français si elle revient en force avec les premiers froids.

Symptômes de la grippe

La grippe A, qu’elle soit banale (hivernale annuelle) ou nouvelle (californienne-mexicaine-porcine), peut se présenter sous des formes variées :
– petite bronchite d’allure bénigne
– fièvre importante avec maux de tête, courbature et toux
– très rarement : état grave avec importantes difficultés respiratoires et faiblesse extrême.

La forme typique de la grippe A se traduit par l’association des symptômes suivants

– Fièvre élevée, supérieure à 38,5°C,
– Courbatures importantes,
– Toux,
– Mal de tête,
– Grande  fatigue.

La réunion de ces 5 symptômes est typique d’une grippe A. Ce sont les mêmes que ceux de la grippe saisonnière hivernale. Si des symptômes manquent ou sont moins marqués, ce qui est fréquent, il peut s’agir d’une grippe atténuée, ou d’une autre maladie. La grippe peut aussi provoquer des étourdissements, des troubles digestifs, un mal de gorge ou une obstruction nasale. Au moins 30% des grippes ne provoquent que peu ou pas de symptômes, mais une toux est presque toujours présente.

Que faire si le diagnostic semble probable ?


Restez chez vous !

N’allez pas au travail : vous n’êtes pas en état de travailler et vous allez contaminer vos contacts et collègues.
N’allez pas chez votre médecin : vous risquez de contaminer sa salle d’attente et ses patients les plus fragiles.

Si vos symptômes sont typiques, soignez-vous avec des moyens simples disponibles sans ordonnance. N’appelez votre médecin que si vous avez besoin d’un arrêt de travail ou si vous êtes fragilisé par un maladie chronique.

Si vous êtes habituellement bien portant, il n’y a aucune urgence : cette grippe n’est pas plus dangereuse qu’une grippe saisonnière banale et vous avez besoin sans urgence de paracétamol, de repos et de boissons chaudes[1]. L’arrêt maladie (si vous êtes salarié) peut attendre 48 heures pour être posté et il y aura sans doute une tolérance supplémentaire si l’épidémie se développe[2]. Le problème n’est pas lié à la maladie elle-même, mais à l’ampleur de l’épidémie qui désorganise le système sanitaire.

Les antibiotiques sont inefficaces et inutiles[3]. Les antiviraux (Tamiflu ou autre) ne sont indiqués que dans les formes graves ou chez les personnes à risque.  Reposez-vous, c’est le repos qui permettra à votre organisme de venir à bout de ce virus.

Dans les jours qui suivent

La fièvre dure généralement 4 à 6 jours. Vous êtes contagieux pendant environ 7 jours, et surtout les premiers jours.

Vous allez être épuisé, et même après la disparition de la fièvre et des courbatures, vous resterez fatigué pendant une semaine supplémentaire. Vous tousserez peut-être encore quelques jours. La grippe est une épreuve pour votre organisme.

Complications

La principale complication de la grippe est la pneumonie. Elle est suspectée en cas de fièvre qui ne baisse pas après 6 jours d’évolution de la maladie, ou qui réapparaît après une baisse de la température. La toux est peu différente de celle de la grippe. C’est le médecin qui fera le diagnostic en vous auscultant, aidé au besoin d’une radiographie. Elle nécessite un traitement antibiotique spécifique (ne tentez aucune automédication par antibiotique au risque de masquer votre pneumonie sans la guérir).
Ne confondez pas une reprise de la fièvre vers le 6ème jour avec le « V grippal » : cette situation banale consiste en une amélioration transitoire de votre état  et à une baisse de la fièvre au 2ème jour de la maladie, les symptômes et la fièvre réapparaissent dès le lendemain (le relevé de la température forme un « V »). Ce V grippal est normal et n’évoque pas une pneumonie.
Si vous avez un doute sur une pneumonie, appelez votre médecin traitant ou un service d’urgences pour une visite à domicile .

Une complication rarissime et grave de la grippe est l’inflammation aiguë des poumons appelée Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë Sévère ou SDRAS. Il doit être suspecté en cas d’essoufflement net. L’essoufflement est anormal lors d’une grippe, il doit conduire à appeler le 15 pour faire le point avec un médecin.

Précautions

En attendant une confirmation du diagnostic, ne touchez personne. Lavez-vous les mains souvent, à l’eau et au savon pendant au moins 30 secondes. Ne partagez pas votre savon et tout ce que vous touchez en général. La contamination se fait majoritairement par les mains (avec lesquelles on touche ensuite ses yeux, son nez ou sa bouche).
Mettez un linge ou un mouchoir devant votre bouche quand vous toussez pour éviter de projeter des gouttelettes de salives porteuses de virus.

Sites officiels pour en savoir plus :

– le site du ministère de la santé et des sports
http://www.sante-sports.gouv.fr

– le site interministériel traitant des menaces pandémiques grippales
http://www.pandemie-grippale.gouv.fr

– le site de l’institut national de prévention et d’éducation pour la santé
http://www.inpes.sante.fr

– le site de l’institut de veille sanitaire
http://www.invs.sante.fr
Et notamment cette page d’actualités :
http://www.invs.sante.fr/beh/actualite_epidemiologique/a-4.html

Voir aussi

Grippe H1N1
Wikipedia
Faut-il ou non se faire vacciner contre la grippe ?